Poèmes et textes d'élèves

Salé

Publié le vendredi 9 mai 2014 14:23 - Mis à jour le lundi 19 mai 2014 15:38

Le sourd et l'aveugle

Salé

Gagnerons-nous la mer avec des cloches

Dans nos poches, avec le bruit de la mer

Dans la mer, ou bien serons-nous les porteurs

D’une eau plus pure et silencieuse ?

 

L’eau se frottant les mains aiguise des couteaux.

Les guerriers ont trouvé leurs armes dans les flots

Et le bruit de leurs coups est semblable à celui

Des rochers défonçant dans la nuit les bateaux.

 

C’est la tempête et le tonnerre. Pourquoi pas le silence

Du déluge, car nous avons en nous tout l’espace rêvé

Pour le plus grand silence et nous respirerons

Comme le vent des mers terribles, comme le vent

Qui rampe lentement sur tous les horizons.

Paul Eluard

Capitale de la douleur ,1926

 

Nous baignerons-nous pieds chaussés

De ferrailles rouillées, longeant une côte

Blanche de craie, dont la culotte

N’attend qu’à s'époumoner ?

 

Le liquide se répandant entre les flots

Mimant ainsi des vagues rebelles et sourdes

De bruit, paysage de foudre mais tempêtes

Rivalisant tous deux le pire des combos.

 

Une rivalité passagère donc. Désastre

Bien présent. Bateaux, pieds et ferrailles

Rêvent d’une nuit plus calme en toute quiétude

Après que le vent, terrible vent de mers barbares

Les fait émerger, de leur longue baignade, éreintés.

Yacine Elhaddaoui

 

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe
Commentaires

Aucun commentaire